HABILITATION ELECTRIQUE

Ce que vous devez savoir pour votre sécurité

Consignation (1)

La consignation ou opération hors tension

ConsignationNous allons ici définir les prescriptions à appliquer pour exécuter les opérations HORS TENSION.

La seule mesure de prévention à mettre en ouvre pour exécuter les opérations HORS TENSION, c’est la CONSIGNATION.

Nous allons traiter de la consignation et des opérations réalisables après celle-ci d’une manière générale. pour la consignation lors des interventions ou lors d’essais sera abordée plus tard.

La procédure de consignation

La consignation est une procédure d’ordre électrique, et elle comprend plusieurs opérations :

  • la séparation
  • la condamnation
  • l’identification
  • la vérification d’absence de tension (VAT)
  • la mise à la terre et en court-circuit

Ces cinq opérations doivent êtres faites dans cet ordre.

Il existe deux type de consignation:

  • la consignation en une étape
  • la consignation en deux étapes

 La préidentification

Avant toute consignation, il faut préparer le travail par une préidentification, pour s’assurer que l’on va bien travailler sur l’installation à consigner.

Il faut donc connaître géographiquement le chantier de l’installation, en consultant la cartographie du chantier ainsi que les schémas. Le meilleur moyen est de se rendre sur place. Il est bon aussi de connaître les caractéristiques de l’installation et de l’environnement dans lequel le travail sera effectué.

La séparation

Après avoir réalisé la préidentification, la séparation doit être effectuée sur tous les conducteurs actifs, y compris le neutre. Il est entendu que le conducteur (PEN) ne doit pas être coupé.

Cette séparation doit être effectuée en amont et en aval de façon certaine.

La certitude de la séparation peut être obtenue de différentes manières :

  • par la vue direct des organes de séparation.
  • par enlèvement des pièces de contact (pont, fusible, retrait d’une fiche de courant, …).
  • par l’interposition d’un écran isolant entre les contacts.
  • par un  appareil normalisé asservi à l’absence de tension.
  • localement, par asservissement (électrique ou mécanique) qui assure en toute circonstance l’adéquation entre la position des contacts et celle du dispositif extérieur reflétant cette position.
  • par télécommande, à condition que le capteur local de l’information de la position des contacts réponde à la condition si dessus.

 La condamnation

La condamnation se fait toujours en position ouverte. D’ailleurs il est normalement impossible de condamner un appareil en fermeture. Celle-ci a pour but, d’éviter toute remise sous tension de l’appareil.

Cette condamnation comprend une immobilisation et une signalisation.

L’immobilisation de l’appareil, doit être réalisé par un blocage mécanique type serrure ou cadenas. Elle doit neutraliser toutes les commandes sur place et à distance. Si ce n’est pas possible, il faut ouvrir les ponts ou déconnecter les câbles d’alimentation.

La signalisation se fait par un dispositif d’affichage de type macaron ou pancarte, signalant que l’appareil est condamné et qu’il est interdit de le manœuvrer. Sur cette signalisation il doit y avoir nom, prénom, date, heure, téléphone, … permettant de joindre la personne qui a condamner l’appareil.

La condamnation ainsi que la suppression de la condamnation, ne peut être réalisée que par un chargé de consignation, ou par son remplaçant désigné.

Un chargé de travaux peut placer son propre cadenas avec son macaron.

 L’identification

L’identification sur le lieu de travail de l’installation permet acquérir la certitude que les travaux seront réalisés en toute sécurité sur une installation HORS TENSION.

Différentes méthodes peuvent être mises en œuvre:

  • lecture des schémas et plans
  • connaissance de l’installation et de ses caractéristiques
  • lecture des pancartes, des étiquettes, … sur l’installation
  • identification visuelle sur place, s’il est possible de suivre la ligne depuis la séparation jusqu’au lieu de travail.
  • mise en œuvre d’appareils d’identification de circuit

La VAT

La vérification d’absence de tension doit être effectuée sur chaque conducteur actif, y compris le neutre, à l’aide d’un VAT. Celle-ci doit être effectuée au plus près du lieu de travail, ce qui permettra aussi de confirmer l’identification. En BT elle doit être effectuée entre chaque conducteur et la terre.

ATTENTION les VAT ne détectent pas les tensions induites.

En aucun cas, il faut utiliser un appareil de mesurage pour effectuer une VAT.

 La mise à la terre et en court-circuit

La MAT/CC doit être réalisée aussitôt après la VAT, et c’est le meilleur moyen de se protéger.

La MAT/CC permet de se protéger des effets de l’induction et du couplage capacitif, ainsi que de la réalimentation éventuelle.

La MAT/CC doit être placée au plus près du lieu de travail. Pour sa mise en place, il faut en premier lieu se raccorder à la terre et ensuite sur chaque conducteur actif sans oublier le neutre. Cet équipement doit être normalisé et adapté au courant de court-circuit de l’installation.

Il existe deux types de consignation :

La consignation en une étape

Dans une consignation en une étape, la préidentification et la totalité des opérations de consignation sont réalisées par le chargé de consignation (séparation, condamnation, identification, VAT, dans les cas prévus, la mise à la terre et en court-circuit.

La consignation en deux étapes

Dans la consignation en deux étapes, le chargé de consignation ne réalise que la préidentification et les opérations de consignation 1 et 2 (séparation et condamnation). L’ensemble de ces opérations est appelé première étape de consignation. Cette première étape ne peut pas, à elle seule, autoriser la réalisation d’opérations.

Le chargé de travaux réalise la deuxième étape de la consignation (identification, VAT, et mise à la terre et en court-circuit dans les cas prévus).

Posted under: C18-510

Tagged as: ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :